Dans les collines du Saint-Joseph

Chose promise … chose due ! 
Je vous avais promis dans mon dernier billet de vous raconter en images mon échappée belle dans les vignes du Saint-Joseph. Alors, nous y voilà ! (Quoi ? tu n’as pas lu ce fameux billet sur les vignes de Cornas, alors file en séance de rattrapage)
Après tout, nous ne sommes plus si loin de la saison des vendanges, c’est encore le moment de causer un peu de vin et de vignes.

 

Depuis le belvédère du Pic,

J’avais terminé mon périple par Saint-Romain-De-Lerps, alors si vous ne connaissez pas je vous conseille de vous rendre au Belvédère du Pic (prévoyez pull et bonnet, car la haut c’est plutôt venté). Il y’a vraiment un panorama de dingue sur la vallée du Rhône et les Alpes.

lepic_dansmonviseur

lepicchapelle_dansmonviseur

Poursuivons la route des vignes …

Il est temps pour moi de reprendre la route en direction de Chateaubourg. De ce côté ci du bourg, la route bascule vers le collines de l’Hermitage au loin, et les méandres du Rhône. Je dois bien l’admettre, j’ai beau être du coin et avoir toujours vécu ici, la vue est juste magnifique. #TotallyAmazing !

panorama_dansmonviseur

retro_dansmonviseur

Bon, j’ai effectué cette partie de mon périple au début de l’été et non à l’automne, mais au vu des couleurs, vous l’aviez compris aussi.

De ce côté la route serpente au milieu des vignes, mais ici c’est plutôt la partie sud du royaume du Saint-joseph (hey, vous la voyez venir la minute œnologique?) . Ici point de rosé, on est dans l’antre du rouge ou du blanc. Le vignoble du Saint-Joseph est installé sur d’étroites terrasses granitiques exposées sud.

Chez nous on dit d’ailleurs que « Pour que le vin soit bon, la vigne doit voir le fleuve ».

colline_dansmonviseur

pierre_dansmonviseur

Je pense que vous connaissez bien le Saint-Joseph rouge, qui est plutôt connu et apprécié un peu partout en France, mais si vous ne le connaissez pas (malheureux!! il va falloir sérieusement remédier à ça), voici ses caractéristiques : c’est un vin puissant aux notes d’épices et de poivre souvent relevés d’une pointe de violette.

Pour le blanc, l’assemblage de Marsanne et de Roussanne donne un vin floral aux légères notes de noisette, de bonne garde, qui accompagne tellement bien les poissons et les fruits de mer !
Voilà, ça c’est fait ! On continue ?

 

Pousser la porte d’une maison de vigne

Au cœur du vignoble, je découvre une maison de vigne ou cabane de vigne. A l’origine elle permettait au vigneron d’entreposer et ranger ses outils, ou de s’abriter un peu du soleil pendant les chaudes journées d’été. Il en reste peu de nos jours, car les conditions de travail des vignerons se sont améliorées et ne nécessitent plus obligatoirement ce type de bâtisse.
Moi je trouve que cela donne du charme au paysage et que cela rappelle le temps passé.

MaisonVigne_Dansmonviseur.jpg

cabanevigne_dansmonviseur.jpg

cafe_dansmonviseur.jpg

L’endroit est idéal pour faire un petite pause café, en terrasse, avec vue imprenable, et commencer à regarder les photos prises en fin de matinée.
C’est à ce même moment que deux Anglais en vadrouille dans les vignes me saluent, et que nous commençons à échanger. Interpellés par mon matériel photo, ils me pensent journaliste en plein reportage (mais quelle belle idée ça tiens !) et me demandent des infos.

Consciencieuse que je suis (je vous rappelle que je bosse dans le tourisme et que des renseignements à des gens de passage j’en donne toute l’année, donc bon… y’a écrit Office de tourisme sur mon front ou quoi?) je réponds à leurs questions. Ils me disent être totalement fascinés par les paysages de pente qu’ils découvrent, et comment l’homme a façonné ces collines plantées de vignes. Ils m’avouent n’avoir jamais visité jusque là que les champs de vigne du Bordelais, plats à perte de vue…(et ouais, quand on vous dit qu’il n’y a pas que le Bordelais dans la vie). Je leur conseille donc de poursuivre leur route en prenant la direction de Cornas , histoire qu’ils continuent d’en prendre plein les yeux. Nos routes se séparent, je poursuis la mienne.

 

Bientôt Chateaubourg ! 

Je descends progressivement vers la vallée du Rhône, encore quelques pauses photos avant d’arriver à Chateaubourg.

chateaubourg_dansmonviseur

rangs_dansmonviseur

vigne_dansmonviseur

vignesstjoseph_dansmonviseur

coccinelle_dansmonviseur

chateaubourgvillage_dansmonviseur

Alors bien sur, du Saint-Joseph, on peux aussi et surtout en trouver sur les coteaux de Tournon sur Rhône et Tain l’Hermitage, dont c’est le fief principal. Mais moi, j’aime beaucoup cette route, ces points de vue et sa tranquillité. A l’occasion, allez faire un tour sur la route des belvédère de l’hermitage, vous y dégoterez des points de vue de fou sur le vignoble de Saint-Joseph.

Ah oui, j’allais oublier : depuis Saint-Romain-de-lerps, il est aussi possible de descendre par la route dite des Royes pour rejoindre la vallée du Rhône. Elle est aussi superbe, mais attention, elle est plutôt très étroite (voilà vous êtes prévenus).

 

Si toi aussi tu as envie de découvrir cette balade !

2016-12-03_1626

Et puis, n’hésites pas à commenter cette balade et à la partager
logo_dansmonviseurjpg

Sur les traces des chevaliers à Désaignes

Quand j’ai annoncé à Chéri-Doudou que je l’emmenais au cœur de l’Ardèche pour quelques jours, découvrir le village médiéval de Désaignes, j’ai eu … comment dire … un accueil plutôt mitigé.
Quoi ? Le Centre Ardèche ? et pourquoi pas le fin fond de la Corrèze aussi ? Et puis t’as pas trouvé plus près de chez nous comme coin ? Je ne vois vraiment pas l’intérêt de partir en weekend à 1h de chez nous, franchement !

mr076-desaignes

Hop, en voiture !

Le séjour surprise semblait mal engagé, mais bon, nous voilà partis !
Sur place, un beau soleil nous a accueillis. Et puis c’était jour de marché à Désaignes ce matin-là. Ici au mois d’octobre, c’est la plaine saison des châtaignes. D’ailleurs, sur le marché nous avons fait la connaissance de David, castanéiculteur de métier mais surtout passionné ! En plus de nous appâter avec son grilloir à châtaignes et son odeur délicieusement sucrée il nous a partagé son amour du métier.
Rendez-vous est prit. Le lendemain, c’est décidé, on part visiter sa châtaigneraie.

mr146-sac-de-chataignes

mr132-grilloir-geant-de-desaignes

mr131-foire-a-la-chataigne-desaignes

Dans les vieilles pierres du village de caractère

Une fois nos papilles rassasiées Chéri-doudou m’emmène au cœur du village de caractère. Et du caractère, on en trouve à tous les coins de rue, entre les anciennes échoppes des métiers de l’époque médiévale, les ruelles pavées, et le château témoin de bien des combats de chevaliers, il a vite retrouvé son âme d’enfant.

J’aime le voir s’émerveiller et ses yeux scintiller !

mr157-desaignesmr158-desaignes-grande-rue

 

Toujours sur les conseils de David le castanéiculteur, qui connait le territoire comme sa poche, nous avons fini notre journée dans les vignes autour du village. Nous avons profité du soleil couchant, et de sa lumière si particulière. C’était si romantique.

mr087-desaignes

En rentrant chez nous, dans la voiture, Chéri-doudou m’a fait promettre qu’on y reviendrait, mais avec notre fiston. Parce que partir sur les traces des chevaliers de Désaignes lui plaira surement à lui aussi.

A son sourire, j’ai vu que finalement il aimait bien mes surprises.

mr176-la-porte-du-boug-de-lhomme-desaignes


Plus d’informations sur ma balade :
– Village de caractère de Désaignes
 – La châtaigne d’Ardèche (AOP)
– Les fêtes de la châtaigne en Ardèche

Si vous aussi vous avez aimé cet article ou cette balade, n’hésitez pas à le dire en commentaire.

logo_dansmonviseurjpg